Afrique du Sud: la route des vins

Rédigé par Monique – >Mercredi 2 mars<

Aujourd’hui, nous allons suivre la route des vins dans la région montagneuse située au nord-est du Cap, appelée Boland. A peine avons-nous quitté la banlieue du Cap que notre regard est attiré par des palissades qui longent la route sur des dizaines de kilomètres. Derrière celles-ci, et à perte de vue, sont agglutinés, au mieux, de minuscules maisons, au pire, des abris de fortune construits avec des planches et des tôles. Nous voici face à une réalité de l’Afrique du Sud bien différente de celle que nous avons côtoyée jusqu’à présent: celle des townships et des bidonvilles. Notre guide nous explique que, depuis la fin de l’apartheid, la population qui vit dans les zones de non-droit ne cesse d’augmenter: pendant toute la période de l’apartheid, les Noirs n’étaient pas libres de se déplacer à l’intérieur du pays. Les restrictions levées avec la fin du régime raciste, les populations des campagnes, en quête de travail, affluent vers les villes. Les townships (quartiers sociaux construits par le gouvernement ) ne peuvent absorber tous les nouveaux venus qui s’installent sur des terrains vagues en bordure de la ville.

Mais revenons à la route des vins.
Nous traversons de magnifiques vignobles, parfaitement entretenus, qui couvrent des dizaines de km carrés. N’oublions pas que l’Afrique du Sud est le 8e producteur mondial de vin! Notre guide nous explique l’historique de cette culture improbable en Afrique australe. En 1685, le roi Louis XIV signa l’Edit de Nantes qui interdisait aux protestants du royaume de pratiquer leur religion. Pour fuir la répression dont ils furent victimes, les Huguenots émigrèrent en Afrique du Sud. Deux cents familles reçurent, à leur arrivée, des lopins de terre très fertiles qu’ils consacrèrent à l’agriculture. Très attachés à leur langue, à leur culture et à leurs traditions, les Français furent cependant contraints par les autorités de l’époque d’abandonner leur identité. Ainsi la langue française a très vite disparu … mais le vin est resté!

A Stellenbosch, notre première étape, nous admirons de nombreux édifices de style Cape-Dutch qui témoignent de l’important héritage néerlandais. Nous déambulons à pied dans les rues du centre-ville, bordées de chênes, au milieu des maisons des XVIIe, XVIIIe et XIXe siècles.

Nous visitons un village-musée dont les bâtiments retracent l’habitat des Hollandais depuis 1709 jusqu’à 1850. En passant d’une maison à l’autre, on suit l’évolution du mobilier, des articles ménagers, de la mode et des goûts du jour au cours d’un siècle et demi.

Au premier étage de la maison de 1709, on entreposait le corps de la personne décédée avant de l’inhumer.

Maison de 1758
Intérieur de la 3e maison

Un des cinq pianos qui existent dans le monde (c’est ce que l’on nous a affirmé) dont les cordes sont verticales.

L’ancêtre de nos douches!

Nous sommes attendus en fin de matinée à Franschhoek dans un magnifique domaine viticole où l’on nous sert, à l’ombre de grands chênes, un repas typiquement sud-africain, accompagné d’une dégustation de vins, dont un Pinotage, cépage typiquement sud-africain.

Après le repas, nous allons nous balader dans la petite ville dont le calme contraste avec la ville trépidante de Cape Town. Dans la rue principale, les restaurants s’appellent « Le Ballon Rouge », « Le Bon Vivant » ou « La Bouillabaisse ».

Nous visitons le musée des Huguenots et le monument commémoratif de leur arrivée en Afrique du Sud.

Sur le chemin du retour, nous nous arrêtons brièvement à l’entrée de la prison « Victor Vester », dernier lieu carcéral de Nelson Mandela. C’est, devant le grillage de cette geôle, qu’il se présenta aux médias comme homme libre après plus de 25 ans de réclusion.

En fin d’après-midi, nous rejoignons Cape Town où nous nous baladons sur le front de mer avant d’aller manger dans un énorme restaurant pour touristes où l’on nous sert divers plats africains, « agrémentés » de musique et de danses folkloriques. J’avoue que j’ai peu apprécié cette soirée.

En route pour la fin du voyage.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.