Les Canaries : jour 2

Il est 07h30, nous rencontrons nos compagnons de voyage et notre guide. Sept randonneurs, déjà en tenue de marche, s’interrogent sur les capacités physiques des autres. Cette question reste en suspens !

Avant de pouvoir user nos souliers sur les roches volcaniques des îles, nous devons passer de Ténérife à La Palma, puisque c’est sur cette île que nous effectuerons nos premières excursions.

En quittant le port de Los Cristianos à Tenerife

Nous prenons un ferry qui, en trois heures, nous transporte jusqu’à La Palma en passant à La Gomera pour y laisser quelques touristes et indigènes. Du bateau, nous pouvons jeter un regard sur San Sebastian de La Gomera, petite ville bâtie en promontoire sur l’océan et dont les maisons serrées les unes aux autres sont peintes de couleurs vives. Belle carte postale!

Le port de San Sebastian de La Gomera… nous y reviendrons dans 3 jours.

A l’arrivée à Santa Cruz de La Palma, un bus nous emmène jusqu’à Fuencaliente au sud de l’île. Cette localité est construite dans un univers volcanique actif : la dernière éruption a eu lieu en 1971 et des signes de réveil ont été détectés en 1996…

Durant le trajet en voiture, nous nous rendons compte que le nom de cette île «isola bonita» , l’île jolie ou l’île verte, n’est pas usurpé. Des bananiers à foison recouvrent les pentes de la montagne. Des pins courbés à cause du vent s’y accrochent eux aussi.

Un repas a été préparé dans un petit restaurant familial afin de nous permettre de nous sustenter avant de nous dérouiller les jambes. En effet, depuis ce matin, nous avons surtout été assis… cela nous a au moins permis de faire plus ample connaissance avec les 3 autres randonneurs français et notre guide, française aussi mais expatriée depuis 30 ans à La Gomera.

Début de notre randonnée. Dans le village de Fuencaliente, la végétation est encore très dense et variée.

Nous voilà partis… dans un paysage inhabituel pour nous : le sentier serpente dans un environnement d’abord quasi désertique, seules quelques plantes réussissent à subsister dans cette caillasse volcanique.

Mais, quelles couleurs nous offrent ces roches passant du noir au rouge ! Le soleil nuance encore les tons, c’est magnifique. Nous sommes subjugués.

Nous profitons au passage de voir les fameuses vignes de Malvoisie, fierté de La Palma, accrochées aux flancs des volcans San Antonio et Teneguia.

Le cépage « malvoisie », originaire des îles de la mer Egée, s’acclimate bien sous les cieux de l’Atlantique.

Notre guide nous propose d’aller au sommet du volcan Teneguia ce que nous faisons.

Au sommet du volcan, il faut bien immortaliser le groupe!

Le Teneguia domine des plantations de bananes qui s’étalent sur une récente coulée de lave en bordure de mer et la Punta de Fuencaliente.

La vue est splendide et, de là, nous apercevons aussi les autres îles : Tenerie, La Gomera et El Hierro.

Nous descendons jusqu’au phare à côté duquel se trouvent les salines de Fuencaliente que nous visitons assez rapidement. Nous avons un certain dénivelé dans les jambes et nous aspirons à rejoindre notre gîte à Los Llanos de Aridane.

1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.